Passion-couture.fr
Blog de passionnés sur la couture

Slider

De quoi est constitué la pelote de laine ?

Habituellement, lorsqu’il s’agit de faire du tricot ou du crochet, la pelote de laine est indispensable. Il s’agit d’une fibre textile qui peut avoir plusieurs origines et des caractéristiques variées. Il faut savoir distinguer toutes les sortes de pelotes de laine afin de bien faire son choix à l’achat. Le rendu et la qualité des ouvrages réalisés peuvent grandement en dépendre. Voici quelques informations essentielles à connaître par rapport à la composition d’une pelote de laine.

 

La laine d’origine animale

Les fils dits « de laine » trouvent leurs principales origines de certains animaux. Chaque espèce exploitée peut potentiellement fournir une qualité différente de produit.

La laine de mouton

Il s’agit de la matière animale la plus utilisée pour constituer de la laine. En effet, sa toison possède des propriétés idéales très recherchées dans l’industrie textile. Elle peut également prendre la qualification de laine vierge. Il existe plusieurs sous-variétés en fonction de l’origine de la bête. La qualité des fibres obtenues dépend aussi de l’âge de celle-ci. En tout cas, le mouton est réputé pour les divers avantages qu’il offre. Ses poils sont élastiques, résistants (beaucoup plus que le coton) et en même temps biodégradables.

La laine d’alpaga

L’alpaga est un camélidé, cousin du lama. La fibre de cet animal est rare et considérée comme luxueuse. En plus d’être d’une très grande finesse, la laine d’alpaga est douce et chaude. Ses propriétés hypoallergéniques lui permettent de s’adapter à toute sorte de peau. C’est une matière textile très prisée pour réaliser des pelotes de qualité. Par ailleurs, toujours dans la même catégorie de mammifère, les chameaux offrent aussi une laine légère qui ressemble presque à du duvet.

La laine de cachemire

Il existe une espèce de chèvre particulière qui vit dans l’Himalaya dans des conditions extrêmes. En effet, à certaines périodes de l’année, les températures de cette région montagneuse peuvent descendre jusqu’à -40 °C. Ce climat a permis au Capra Hisca de développer une toison hors du commun. C’est de cette dernière que le cachemire est issu. La réputation de cette variété de fibre textile n’est plus à démontrer. Ce type de produit est extrêmement complexe à obtenir, d’où les prix exorbitants. Néanmoins, il est possible d’en trouver en pelotes filées assez fines.

La laine d’angora

Provenant d’un lapin albinos, ce type de fibre se démarque par son extrême douceur. Elle permet de réguler la température du corps en absorbant l’humidité et en la transformant en chaleur. À cause de sa fragilité, il vaut mieux laver la laine d’angora à froid, et surtout pas à la machine.

 

La laine d’origine végétale

Sur le marché, certaines pelotes sont aussi conçues à base de fils issus de fibres végétales. Plusieurs variétés de plantes sont également exploitées à cet effet. En voici les principaux exemples.

Le coton

Très connu et extrêmement répandu, le coton constitue l’une des matières végétales préférées des spécialistes du textile. Cela est assez normal au vu de ses différentes caractéristiques très avantageuses. Non seulement, il est d’une très grande délicatesse, mais il est également peu sensible aux déchirures. Par ailleurs, le coton est aussi idéal pour le bien-être de la peau. Cependant, il faut faire attention de ne pas trop l’exposer à l’humidité sous peine de développer de la moisissure.

Le chanvre

Le chanvre est une plante plus ou moins facile à faire pousser. De plus, elle ne nécessite aucun traitement phytosanitaire. D’un point de vue écologique, il est préférable de l’exploiter par rapport au coton. En termes de propriétés, la laine de chanvre est aussi très résistante. Sa durabilité est l’un de ses principaux atouts, car même les insectes l’apprécient peu. Malgré qu’il soit assez isolant, ce type de fibre laisse toutefois la peau respirer.

Le lin

La laine de lin est aussi une fibre d’origine naturelle dont l’exploitation est également plus écologique que le coton. La quantité de pesticides et d’engrais utilisée dans les plantations est minime. C’est l’idéal pour les tricoteurs, tisseurs ou crocheteurs qui ont besoin d’une matière anallergique et non irritante pour leurs créations. Son seul point faible est sans doute son manque d’élasticité. Il faudra alors une grande attention au moment de l’utiliser. Les pelotes sont, cependant, rarement constituées de lin uniquement. Il est, dans la plupart des cas, associé à d’autres matières.

 

Les matières synthétiques

Outre les matières naturelles, la laine peut aussi être issue d’un processus de synthèse par produits chimiques. Dans ce sens, deux produits principaux sont commercialisés pour des usages textiles.

L’acrylique

L’acrylique est une matière synthétique, plus précisément, un plastique. Malgré son procédé de fabrication complexe, il est plutôt économique. Sa composition lui offre une multitude d’atouts. En effet, le fil d’acrylique permet d’obtenir un rendu qui ne se froisse pas et qui résiste bien aux UV. Il ne s’abîme pas facilement à la machine à laver. Néanmoins, cette fibre est extrêmement inflammable.

Le nylon

Le nylon est aussi une fibre bien connue dans le milieu du textile. Étant également une matière plastique, il peut être avantageux pour des ouvrages comme les chaussettes. En effet, il résiste très bien aux frottements. Même après plusieurs passages à la machine à laver, le nylon n’est pas susceptible de se dégrader facilement. Son temps de séchage est aussi très réduit.

 

Les couleurs de pelote de laine

Les laines d’origine naturelle prennent évidemment des couleurs qui tournent autour du blanc et de l’écru. D’autres variétés sont plutôt brunes, ou bien dans des nuances de gris.

Cependant, des procédés de teintures différents peuvent être employés afin de donner de la couleur aux fils. Pour cela, les industriels usent le plus souvent de bains de produits colorants. Ces techniques permettent de proposer un vaste choix de tons pour des créations toujours plus originales. Sinon, pour les adeptes qui apprécient la blancheur, des pelotes traitées à l’eau oxygénée ou au soufre sont également disponibles.

La teinture faite de matière artisanale revient aussi aujourd’hui à la mode. Des solutions colorantes naturelles sont utilisées à cet effet. Même chez soi, il est possible de faire du DIY, à condition d’avoir le matériel adéquat.